Temps de lecture: 2 minutes

Les vols directs, c’est la meilleure chose au monde. Après les sous-vêtements qui ne rentrent pas dans la craque et le kraft dinner.

Donc, après une journée de travail à la maison productive et bien remplie, me voilà en route vers l’aréoport l’aéroport le raéoport P.E.T. où Jean-Luc me rejoint. Il est parti de Québec spécialement pour rencontrer Mélanie Joly dans son avion. Mais il était trop intimidé par son regard louche alors il ne lui a pas demandé ce qu’elle pensait de la politique municipale.

Vol de 6h qui se passe comme un charme. L’avion était loin d’être rempli alors on a pu prendre plusieurs sièges pour dormir. C’était vraiment mieux que mon 14h paqueté pour revenir de Chine.

On atterris et on booke une auberge de jeunesse juste avant de passer les douanes. On s’y rend pour déposer nos bagages et on part à la chasse pour notre déjeuner. On a attrapé du bon fromage, du hummus, des pitas et une bière. Il est 8h du matin, mais pour notre corps décalé horrairement, il est 3h du matin. La première chose qu’on est allés visiter, c’est Big Ben et le musée de la guerre. Jusque là, j’ai pu me fixer sur mon impression générale de Londres: c’est mouillé.

Il pleut. J'en suis étonnée.
Il pleut. J’en suis étonnée.
Jean-Luc à côté d'un gros pow pow
Jean-Luc à côté d’un gros pow pow
La plaque du pow-pow que lis Jean-Luc sur la dernière photo
La plaque du pow-pow que lis Jean-Luc sur la dernière photo

Ensuite, on check in à l’auberge. Leur système est tellement mal fait que ça a pris trois personnes et 45 minutes. On a voulu réserver pour le lendemain. Ils ont dit que tout était beau pour le check-in et qu’ils s’occupaient du lendemain. On pouvait aller à notre chambre.

On dépose le tout et on fait une des siestes les plus efficaces du monde. On n’a pas vraiment dormi pendant notre vol de nuit.

Ensuite, BAH!Fest, le premier des deux soirs. Le thème est l’évolution.

Finalement, on trouve un spot pour boire une bière et utiliser le Wi-Fi poche pour communiquer avec Aleks. Nous sommes allés dans un bar des années 80. C’était vraiment vraiment l’fun! La façon dont les anglais interagissent dans les bars est tellement plus décontractée et respectueuse! Les gens s’approchent beaucoup plus facilement, les filles ne dansent pas en rond autour de leur sacoches et quand un gars essaie de te cruiser, il part aussitôt qu’il comprend que t’es pas intéressée.

Selfie pas du tout sombre et flou.
Selfie pas du tout sombre et flou.

Par contre, une question reste sans réponse: si le monde s’habillent comme ils l’étaient dans le bar, est-ce que c’est vraiment pour fitter avec les années 80, parce qu’ils sont hipster ou parce qu’ils sont vraiment pauvres? À suivre…

Retour à l’auberge aux petites heures du matin pour une nuit plus courte que prévu.